Par l’installation et la vidéo, Rémi Groussin compose des scénarios plastiques nourris de références artistiques, cinématographiques et télévisuelles (séries télé, films de science-fiction, publicités), faisant directement appel à la perception du regardeur, dans un jeu d’illusions et mises en scène factices. La notion de décor (et de façade, de truquage, d’illusion) revient dans sa pratique, grâce aux jeux d’échelle et au dialogue avec les espaces qu’il investit. 
Résultant de gestes de collecte, de réemplois et d’assemblages, ses formes, vidéo-installations, enseignes lumineuses, flippers ou autres objets à l’esthétique tirée de l’ordinaire vernaculaire et de l’artifice délibérément pauvre, ne remplissent jamais leur fonction première, en rendant manifeste une mécanique défaillante mais résistante qui, dans son inutilité, questionne notre rapport au vivant.
C’est finalement le réel que Rémi Groussin scrute et interroge dans un jeu narratif, là où la fiction rattrape inévitablement la réalité.