S'orienter

1998 - 2005

Ensemble d'installations

La série S’orienter préfigure le corpus Le Tapis de Sigmund.

L’installation S’orienter (montrée au Centre d’art Edouard Manet à Gennevilliers en 1998) rend hommage à la population maghrébine de Gennevilliers absente des visuels du diaporama projeté, composé de photos de mariages devant la mairie. L’installation fait aussi allusion aux astronomes arabes qui établirent les premières cartes du ciel et nommèrent les étoiles visibles à l’œil nu. Une bande sonore, Noms arabes des étoiles, énumère les noms arabes des étoiles, traduits dans un livret à disposition du public.

Pour l’installation présentée au Centre d’art galerie Jean-Collet à Vitry Sur Seine (2001), les tapis prêtés par les familles immigrées de Vitry le temps de l’exposition accompagnent les prénoms de tous les enfants de Vitry nés en 2000. Épinglés sur les murs mois par mois et réalisés sur des petits papillons de papier blanc, les paillettes scintillantes qui les dessinent évoquent les poussières d’étoiles, à l’origine du vivant, tombées sur notre planète.

Lors de l’exposition Cheminements au Centre d’art et de photographie de Lectoure (2005), l’installation De l’Orientation propose deux « cheminements » simultanés, celui de la mémoire d’un village à travers ses propres choix photographiques et filmiques, et celui de la mémoire du ciel au travers du nom d’origine des étoiles et constellations. Ces noms aux consonances orientales nous rappellent que les premières cartes du ciel furent établies par les astronomes arabes.