Par la diversité de ses pratiques, Anne Deguelle interroge la nature d’oeuvres d’art et le travail d’artistes et personnages emblématiques du XXè siècle. En s’attardant sur des détails habituellement négligés par l’histoire de l’art ou la critique, car considérés comme anecdotiques, elle jette le trouble dans notre perception et notre mémoire, en proposant une re-définition de ce qui est désigné par les notions Art et Œuvre.

Ses travaux prennent la forme de corpus impliquant documents, indices, pièces à conviction et recherches (et se déployant par le biais d’installations, photographies, éditions, volumes) et dessinent une forme de récurrence imparfaite au sein d’une production riche et foisonnante.
Anne Deguelle applique également cette méthodologie de travail, basée sur la collecte, à son histoire personnelle, en déployant dans ses « Diary », assemblages muraux in progress, une forme d’auto-archéologie, par laquelle elle tente une poétique du réenchantement.